A Actualités

STRATEGIE SECTORIELLE POUR LE KARITE AU MALI


Cependant, sur le marché international, le karité malien n’est pas aussi visible que l’on pourrait le penser. Une partie importante des exportations se fait dans les pays de la sous-région qui, ensuite, les exportent vers les marchés comme l’Union Européenne. Pour mettre un frein à cette situation, le Mali et les acteurs du secteur s’organisent en structurant le secteur pour mieux atteindre le marché international.
A cet effet, le ministère chargé de l’industrie et du commerce a invité le Centre du Commerce International CNUCED/OMC (CCI) à assister les acteurs du secteur à développer une stratégie d’amélioration de la compétitivité et d’organisation de sa mise en œuvre. Pour parvenir à ce résultat, l’entière responsabilité de la mise en place du processus a été déléguée à la Direction Nationale du Commerce et de la Concurrence (DNCC).
Le contenu de la stratégie est entièrement l’œuvre des acteurs. Il a été conçu lors d’une série d’ateliers et de réunions regroupant non seulement les principaux acteurs tels que les exportateurs, les collecteurs et les producteurs, mais aussi les agences gouvernementales, les fournisseurs de services commerciaux et d’affaires, les associations nationales, les agences internationales, les acheteurs internationaux, les spécialistes du secteur au niveau international, les chercheurs universitaires et des experts reconnus spécialisés dans l’économie et le développement.
Tous ces apports ont abouti à une vision stratégique claire pour les dix prochaines années en vue de faire du Mali le premier pays exportateur ouest africain de karité (amande et karité).

 

Objectif de la stratégie

Ainsi, il est prévu de créer une inter professionnalisation des acteurs; il s’agit de développer un partenariat public privé dans le but d’organiser la filière et lui permettre d’être plus dynamique sur la scène nationale et internationale, former les acteurs de chacune des étapes de la chaîne de valeur incluant les services d’appui au commerce aux meilleurs techniques de production, de gestion et commerciale.
Les autres objectifs fixés concerne l’amélioration de l’accès à l’information des marchés et des techniques de production, le développement des services de promotion de la filière, la production de la qualité, l’accroissement de la valeur ajoutée des produits exportables, l’amélioration de l’emballage des produits et des infrastructures de stockage et de transport, la mise en place de services d’appui au commerce adaptés aux besoins de la filière, la préservation des ressources naturelles de karité au Mali.
La stratégie est conçue pour accroître le volume des exportations de karité (25% par an). La stratégie est définie comme un cadre logique de définition des activités à mener, un cadre de mesure de progrès permettant d’apprécier l’atteinte des résultats, une matrice pour l’identification des ressources nécessaires à la bonne exécution des activités. Elle a été développée également comme un outil de communication et un moyen pour informer les acteurs du secteur sur les orientations assignées.
La stratégie a trois principales cibles que sont les acteurs de la filière (exportateurs, collecteurs et productrices), les agences gouvernementales, les structures d’appui (associations, institutions internationales et/ou ONG, fournisseurs de services impliqués dans le secteur).

 

Champs, bénéficiaires et acteurs clés de la stratégie

La stratégie couvre l’ensemble des domaines du secteur karité à la fois sur le marché local et international. Elle tient compte également des services d’appui au commerce et aux affaires.
La mise en œuvre de la stratégie doit bénéficier à tous les acteurs du secteur. Les premiers bénéficiaires sont actuellement les producteurs, les collecteurs, les exportateurs, les services d’appui au commerce et les services gouvernementaux.
Les producteurs auront la possibilité d’accroître leur revenu et développer leurs capacités grâce à une meilleure qualité des produits et une meilleure approche technique de leurs activités.
Les collecteurs verront leurs conditions de travail améliorées grâce à un meilleur accès aux produits et à des moyens de transport plus adéquats.
Les exportateurs auront des facilités d’exportation compétitives et un accès plus aisé aux financements.
Les services d’appui au commerce auront une confiance plus importante dans leurs clients et augmenteront leur chiffre d’affaires.
Les services gouvernementaux apporteront un soutien efficace au secteur en améliorant leurs services qui seront adaptés et répondront précisément aux attentes de la filière.

Category list add 1

Le ministre de Commerce et de la Concurrence
M. Abdel Karim Konaté
Président du comité de pilotage du cadre intégré
Lire la suite

Le Directeur Général du Commerce et de la Concurrence
KEITA
Point focal national du Cadre Intégré et de l'Aide pour le Commerce
Lire la suite

M. Mohamed SIDIBE
Coordinateur national de l'unité de mise en oeuvre du projet cadre intégré
Lire la suite

Add one