A Actualités

FILIERE GOMME ARABIQUE AU MALI


Cet objectif de croissance devra permettre au Gouvernement de faire du Mali une puissance agro – sylvo - pastorale à travers notamment l’augmentation et la diversification de la production agricole, l’organisation des filières porteuses et le développement des aménagements hydro - agricoles.
Le Projet, qui doit durer 4 ans avec révision au bout de 3 ans, a un coût de 3.196.574.850 FCFA financé par le Gouvernement du Mali à hauteur de 1.317.839.920 FCFA et le CIR pour 1.878.735.360 FCFA.
Il entre dans le cadre de la mise en œuvre de la matrice d’action de l’Etude Diagnostique de l’Intégration du Commerce (EDIC) qui prévoit d’augmenter la production et la commercialisation de la gomme arabique au Mali.
Les gommes et les résines naturelles sont parmi les ressources des zones arides en Afrique subsaharienne qui peuvent contribuer à améliorer le niveau de vie des communautés locales en matière de sécurité alimentaire et augmenter leur revenu.
Dans ce contexte, le développement de la filière gomme permettra de freiner les flux migratoires des populations des zones gommifères caractérisées par une grande pauvreté vers les grandes villes et surtout l’Europe : ce sont en majorité les ressortissants de ces régions qui émigrent vers l’Europe.

 

OBJECTIFS DU PROJET
L’objectif global est de contribuer à l’amélioration des revenus des acteurs directs (producteurs, collecteurs et exportateurs) de la filière gomme arabique et à la réduction de la pauvreté par l’exploitation rationnelle et l’exportation de gomme arabique.
Les objectifs spécifiques consistent à organiser la filière, à protéger la ressource, à organiser et renforcer les capacités des femmes rurales des zones gommifères, à augmenter la production et améliorer la qualité du produit, à mettre en place des infrastructures, à augmenter l’offre de gomme arabique du Mali sur les marchés, et si possible avec une valeur ajoutée, grâce au partenariat État Secteur Privé.


RÉSULTATS ESCOMPTÉS DU PROJET
La filière gomme arabique est organisée ; la ressource est protégée et les impacts environnementaux sont réalisés (protection contre l’avancée du désert, séquestration du carbone, ..); la production a augmenté en quantité et la qualité est améliorée ; les infrastructures commerciales de stockage appropriées sont mises en place ; l’accès au financement pour les activités de développement de la filière est facilité. la gomme arabique du Mali est compétitive sur le marché international ; le revenu des producteurs, notamment des femmes des zones gommifères, des collecteurs et des exportateurs a augmenté ; l’autonomisation des femmes des zones gommifères est renforcée.
Le projet vise le développement économique et social du Mali à travers des activités intersectorielles de l’Agroforesterie et du Commerce. Sur la base des avantages comparatifs avérés du pays grâce à un important potentiel, les activités du projet portent sur l’Appui aux initiatives privées et communautaires locales existantes de production et de promotion des produits du gommier.

 

IMPACTS DU PROJET
Le projet se veut structurant avec, à la fois un impact économique, un impact environnemental et climatique, un impact social et l’autonomisation des femmes rurales.
L’impact économique porte sur la réduction de la pauvreté par le commerce (augmentation de revenu et amélioration de la balance commerciale).
L’ impact environnemental et climatique concerne la Gestion Durale des Terres et la séquestration du carbone par l’exploitation rationnelle du gommier, la préservation des sols et la plantation de gommiers, la lutte contre l’avancée du désert et le changement climatique.
L’ impact social entraînera la réduction de l’exode rural vers les zones urbaines, les pays voisins et surtout la réduction des flux migratoires vers l’Occident en raison du fait que les zones de production de la gomme arabique sont les zones d’extrême pauvreté parmi les plus pauvres.
L’autonomisation des femmes rurales se fera par l’organisation des femmes des zones gommifères, le renforcement de leurs capacités et l’augmentation de leur revenu. En plus, elles pourront être associées à la propriété des gommeraies.

 

ZONES D’INTERVENTION DU PROJET
• Zone I : les Cercles de Kayes, Diéma, Nioro et Yélimané et Nara
• Zone II : les Cercles de Niono, Mopti, Douentza et Gourma Rarhous
• Zone III : les Cercles de Youwarou, Goundam, Niafunké et Ténékoun.

 

VALIDATION DU DOCUMENT DE PROJET
Le projet a été validé dans un premier temps par le Comité National de suivi de la stratégie nationale de développement de la filière gomme arabique, le 9 novembre 2010 et dans un second temps par le Comité de Pilotage. Cette approbation a été suivie par la signature du document au niveau national notamment : le Ministère du Commerce, le Ministère des Affaires Etrangères et de la Coopération Internationales, l’US AID facilitateur des donateurs.
Le document a été ensuite transmis au Secrétariat Exécutif du Cadre Intégré qui l’a soumis à l’approbation du Conseil Général du Cadre Intégré. Celui-ci l’a approuvé le 12 février 2012.
Le Mémorandum d’accord pour la mise en œuvre a été signé le 13 août 2013 par le Gouvernement du Mali et le Gestionnaire du Fonds d’Affection Spéciale du CIR notamment le Bureau des Nations Unies pour le Service d’Appui aux Projets (UNOPS).
Le premier décaissement a été effectué par l’UNOPS en août 2013 et porte sur la première tranche du budget révisé de l’An1 soit un montant de deux cent cinquante (250) millions de FCFA.
Compte tenu des difficultés de trésorerie, la contre partie nationale n’a pas pu être mobilisée.

 

ENTITE DE MISE EN ŒUVRE
L’entité de mise en œuvre du projet est l’Unité de Mise en Œuvre du Cadre Intégré (UMOCI), appuyée par une équipe composée de trois experts en Foresterie, en agronomie et en Commerce International et d’un Responsable Financier.
Un programme de mise en œuvre a été élaboré depuis septembre 2013 et est en exécution.

 

CONCLUSION
Dans l’ensemble, tous les produits de la filière gomme arabique exigent une plus importante promotion commerciale et une plus grande diversification des marchés d’exportation en vue de tirer parti des avantages comparatifs dont dispose le Mali dans la filière. Ces actions sont d’autant nécessaires que la filière est dominée par les ruraux, les petits producteurs agricoles et surtout les femmes rurales qui assurent 80 % de la saignée, la récolte et le triage de la gomme arabique.
De ce fait, la promotion de cette filière pourrait devenir un élément déterminant dans la réduction de la pauvreté au Mali et l’autonomisation des femmes.

Category list add 1

Le ministre de Commerce et de la Concurrence
M. Abdel Karim Konaté
Président du comité de pilotage du cadre intégré
Lire la suite

Le Directeur Général du Commerce et de la Concurrence
KEITA
Point focal national du Cadre Intégré et de l'Aide pour le Commerce
Lire la suite

M. Mohamed SIDIBE
Coordinateur national de l'unité de mise en oeuvre du projet cadre intégré
Lire la suite

Add one